« Enfants des rues », un terme large regroupant des problématiques et des réalités individuelles très différentes.

Les termes utilisés pour les nommer sont nombreux et évoluent au cours du temps avec notre connaissance du phénomène. Afin d’aider chaque acteur à s’y retrouver, il est nécessaire de revenir sur l’évolution de ces terminologies.

L’apparition du terme

Dans les années 80 apparait le terme « enfants des rues ». En 1985, lors d’un forum sur l’enfance organisé notamment par l’UNICEF, on distingue parmi les enfants des rues trois catégories.

  • Les « enfants de la rue» sont des enfants qui travaillent et vivent dans la rue, jour et nuit. Ils sont en situation de rupture familiale.
  • Les « enfants dans la rue» passent la journée dans la rue, travaillent dans la rue mais rentrent chez eux le soir. Ils ne sont donc pas en rupture familiale.
  • La troisième catégorie, celle des « enfants à la rue», désigne un enfant en fugue dans une situation transitoire.

Cette classification est basée sur le type de relation familiale, qui est lié à la fréquence et à la durée de présence en rue de l’enfant. Les frontières entre ces trois catégories sont très minces et perméables.

Son évolution

En 2000, c’est Ricardo Lucchini, sociologue ayant beaucoup travaillé sur le thème des enfants des rues, qui introduit le terme d’ « enfants en situation de rue ». Pour lui, la distinction « enfants dans / de la / à la rue » traduit un enfant comme un objet de la rue, comme un objet de la répression et de la violence. De plus, ces termes n’expriment pas la complexité des différentes situations, ni la force et les ressources déployées par l’enfant afin de surmonter la rupture familiale et la vie dans la rue. L’enfant est réduit « à un objet sur lequel on va intervenir selon des modalités définies en dehors de son propre avis ». La terminologie d’ « enfants en situation de rue » permet, elle, d’exprimer la présence d’une diversité de situations de rue, et de considérer l’enfant comme sujet. Malgré tout, cette terminologie ne permet pas de faire une distinction entre un enfant qui vit jour comme nuit dans la rue et un enfant qui rentrerait chez lui la nuit venue.

Ainsi, depuis 2011, il semble, selon le Samu Social International, que la communauté internationale ait validé la terminologie « enfants travaillant et/ou vivant en rue ». Cette terminologie permet de considérer l’enfant comme sujet tout en offrant la possibilité d’effectuer des catégories, catégories qui simplifient et réduisent cependant la complexité de chaque situation.

  • Les « enfants travaillant en rue» correspondent aux « enfants dans la rue », c’est-à-dire des enfants qui passent leur journée dans la rue, contribuent à l’économie familiale en travaillant et qui rentrent chez eux la nuit.
  • Les « enfants travaillant et vivant en rue» correspondent aux « enfants de la rue », c’est-à-dire à des enfants qui travaillent et vivent dans la rue jour et nuit et qui sont en situation de rupture familiale.

Sources :

  • Les enfants des rues : de la prise en charge individuelle à la mise en place de politiques sociales, Agence Française de Développement et Samu Social International, 2011.
  • Rapport du Haut-Commissaire aux droits de l’homme sur la promotion et la protection des droits des enfants travaillant et/ou vivant dans la rue, 2012.

Crédit photos :

Safidy Andrianantenaina – Zanaky ny Lalana

Regard sur les différentes terminologies catégorisant les “enfants des rues”