Exposition photo poétique

→ Entre photographies artistiques et expression verbale…

Des photos saisissantes

Au lieu de sortir les grands mots et les discours, nous avons choisi de primer les images qui montrent les enfants sur leurs de vie durant les activités que nous partageons régulièrement avec eux : DanselaRue, BiblioPousse et CinéRue pour les activités jours ainsi que les maraudes.

Ces photos prises par Zanaky ny Lalana, ont montré l’intensité de chaque moment partagé. La joie et le bonheur qui irradient de chaque visage lors des activités jours et la maturité presque inexpressive de chaque enfant lors des maraudes. Un contraste saisissant qui montre combien les nuits sont rudes et difficiles pour les enfants qui dorment dans la rue.

Le slam

A l’occasion de cet événement, nous avons également prit l’initiative de faire participer les enfants qui ont écrit eux-mêmes le texte qu’ils ont choisi de clamer lors du slam. Dès les premières phrases « Izahay ilay zanaky ny lalana … » ou « Nous les enfants des rues … », ils ont subjugué le public et retenu l’attention de tous. Anaïs et Manon, deux stagiaires au sein de l’Association, ont également tenu à partager un texte émouvant dont vous trouverez l’intégralité ci-dessous.

[embedyt] http://www.youtube.com/watch?v=0yQ7G8z9Hx8[/embedyt]

Slam pour les enfants des rues par Anaïs et Manon

« Tu es né à Mada, je suis né en France

Comme moi, tu as tes parents, mais as-tu réellement une enfance ?

Tu n’es pas né enfant de la rue, tu l’es devenu.

Grandir dans un foyer, entouré de ta famille, ça tu ne l’as pas connu.

Un jour tu as rejoins la rue, mais as-tu vraiment eu le choix ?

Ce départ, tu ne l’as pas voulu, mais c’était plus fort que toi.

Solitude – Rejet – Peur – Abandon – Fugue – Survie

Quand toi tu cherches à manger, moi, je jette.

Quand tu cherches où dormir, je m’enfonce sous ma couette.

Je me plains de l’école, d’avoir trop de devoirs,

Pour toi le mot travail n’a vraiment rien à voir.

C’est ton gagne-pain, ta façon de survivre,

Alors que mon quotidien, c’est d’apprendre dans les livres.

Quand nous sommes maternés, choyés, sur-protégés,

Qui est là pour t’écouter, te conseiller, te guider ?

Ces obstacles te font grandir et te rendent plus forts

Que je ne le serai jamais, moi, né entouré d’or.

Tu es né à Mada, je suis né en France.

Force – Espoir – Lutte – Courage – Solidarité – Avenir

Enfant de la Rue tu es, mais tu ne resteras pas.

Tu le sais mieux que moi, la vie est un combat.

Un combat fatiguant, qui nous met hors d’haleine,

Mais un combat salutaire, et qui en vaut la peine.

Finalement, toi et moi, nous ne sommes pas si différents,

Nous avançons pas à pas, sans savoir ce qui nous attend.

Nous regardons l’avenir, angoissés, exaltés,

Sans connaître les surprises que la vie nous a réservées.

Nous sommes tous les deux des enfants de la Terre,

Et malgré les kilomètres, je te considère comme mon frère.

Tu es né à Mada, je suis né en France.

Enfant sans toi, qui n’est pas né enfant Roi Enfant abandonné, enfant en danger,

Enfant courageux, qui cherche à être heureux,

Enfant qui se bat pour faire respecter ses droits

Enfant de la rue, tu seras un jour entendu

Enfant de Mada, ce slam est pour toi. »

Lire aussi :  Dessins, informatique, lecture ... Que font les enfants au CHT ?
Lire aussi :  Ouverture de l’Ecole Primaire Publique Ampatana
Lire aussi :  Grandir Ailleurs reçoit 4773€ de la Fondation Amaris !

Expo photo poétique : des mots … un slam venant du coeur