Une formation pour développer l’ Accompagnement Social

→ du 9 au 11 mai 2017

Lukas Bluman, directeur de l’association Grandir Ailleurs pendant 5 ans, était de retour aux sources de son engagement social le temps d’une formation de trois jours à l’équipe du PPER.

Travaillant aujourd’hui pour l’association Koloaina, association spécialisée dans un accompagnement familial exhaustif, nous avons pris contact avec lui afin de profiter de son expérience pour développer notre dispositif d’Accompagnement Social (AS).

Lire aussi :  Partenariat santé avec Aromathérapie Sans Frontières

L’Accompagnement Social ?

Pour rappel, ce dispositif a pour objectif d’approfondir la situation des enfants hébergés au Centre d’Hébergement Temporaire dans l’optique d’une réinsertion familiale. L’équipe d’Accompagnement Social est donc chargée d’aller rencontrer les familles, de discuter avec elles, d’analyser la possibilité d’un rapprochement et/ou d’un hébergement de l’enfant, et de mettre en place une procédure d’accompagnement social si la réinsertion semble possible.

Ce dispositif a été lancé tout récemment et l’appui de Lukas tombait à pic pour l’équipe.

Cette formation s’est déroulée en deux parties du 9 au 11 mai 2017.  


Quelques notions théoriques…

Tout d’abord, Lukas nous a transmis des notions théoriques sur l’accompagnement des personnes en situation de grande précarité et nous a rappelé le rôle d’un travailleur social.

 

Le rôle du travailleur social :

Le travailleur social accompagne les personnes vers un changement de comportement. Les moyens utilisés par le travailleur social pour motiver la personne à engager le changement sont :

  • tout d’abord la mise en place d’un partenariat entre lui et le bénéficiaire, partenariat jouant le rôle d’appui pour la personne soutenue ;
  • ensuite, le travailleur social doit être présent pour initier et augmenter le sentiment d’efficacité personnelle de la personne suivie, sentiment lié à la perception de soi-même. L’exploration du sens et la détermination des raisons personnelles pouvant pousser au changement sont des points essentiels également.
  • Enfin, les bénéficiaires doivent se fixer des objectifs réalistes et réalisables menant au changement de situation.

Au-delà de ces notions théoriques sur les clefs d’accompagnement, la première partie de la formation a été l’occasion de revenir sur des techniques d’entretiens à utiliser, permettant notamment de placer le bénéficiaire en acteur, de lui laisser la place de s’ouvrir à nous et de se sentir écouté et compris.

Lire aussi :  Clés de compréhension #1 : Qui sont les enfants de la rue ?


Formation avec Lucas Bluman 3Construction de notre propre processus d’accompagnement

La deuxième partie de la formation avait pour objectif de construire notre propre processus d’accompagnement en prenant en compte les différentes caractéristiques de notre projet. Nous avons pu ensemble réfléchir sur les étapes de cet accompagnement, les objectifs de chacune de ces étapes, ainsi que les personnes concernées et les outils et indicateurs utilisés.

Mise en place du génogramme dans le processus

Cela a été également l’occasion d’introduire un nouvel outil, le génogramme (variante d’arbre généalogique utilisé en psychogénéalogie). Celui-ci permet de représenter graphiquement une famille, son histoire et ses relations. Cet outil nous sera très utile dans l’analyse des histoires familiales des enfants du CHT.

Toute l’équipe tient à remercier chaleureusement Lukas pour cette belle formation et pour son engagement toujours d’actualité auprès de GrandirA !! Clefs en main, c’est maintenant à l’équipe de jouer 🙂

Lire aussi :  Financez nous gratuitement avec LILO
Lire aussi :  Formations santé et sensibilisation aux drogues avec Jeanne

Une formation pour développer l’Accompagnement Social