Détente et bien-être au Centre d’Hébergement Temporaire avec Julie

10.07.18 | Grandir à Antsirabe, Portraits

Détente et bien-être au Centre d'Hébergement Temporaire avec Julie

Un vent de bien-être souffle sur le CHT. Tous les vendredis soirs depuis fin mars 2018, les enfants du Centre d’Hébergement Temporaire assistent aux ateliers de Julie, bénévole pour l’association locale de Grandir Ailleurs pendant 4 mois.

Julie, une bénévole aux petits soins

Psy-clinicienne de formation, Julie met à profit des jeunes ses connaissances en méditation, relaxation, massage et réflexologie plantaire. Après avoir analysé les enfants pendant 2 semaines, notre bénévole a conçu un atelier autour du bien-être et de la détente corporelle selon leurs besoins. Son but ? Initier les jeunes à prendre soin de leurs corps et leur montrer que l’on peut faire du bien à soi ou à l’autre par des gestes simples.

Comme elle le dit, «  Plus on est bien avec soi, plus on donne à l’autre ». Elle regorge d’idées et d’exercices que les enfants mettent en pratique avec enthousiasme. Ils travaillent ainsi sur l’expansion de leur intérieur, leur équilibre corporel et psychique en puisant dans leurs propres ressources.

Une 1ère séance d’initiation prometteuse

Le 1er atelier a eu lieu le 23 mars. Une vingtaine d’enfants ont participé à cette initiation. Co-animée avec Nathanaël, directeur de Grandir Ailleurs, cette séance a été ponctuée par de nombreux exercices. Enfants, éducateurs et animateurs ont commencé par « la douche », sorte d’automassage permettant de nettoyer son corps du stress et de toutes les préoccupations accumulés dans la journée. Puis le groupe a poursuivi par un travail de respiration ventrale et de vocalises. Les voix s’accordent et un son harmonieux envahit la pièce. Viennent ensuite les exercices d’étirements, de détente musculaire et d’assouplissements.

Pour poursuivre, Julie propose aux participants de former un cercle. Positionnés ainsi, ils apprennent à masser la personne devant eux tout en étant massés. Enfin, Julie les invite au voyage. Allongés sur une natte, les enfants écoutent attentivement la voix de notre bénévole et se laissent porter par la suggestion et l’imagination.

Chaque séance se termine par un moment d’échange. Tous les participants exposent leur ressenti à travers un mot, une phrase : « Je me sens soulagé », « La fatigue a disparu ». D’autres expriment un certain bien-être lors de l’exercice de visualisation. L’un des enfants apprécie pouvoir flotter dans le ciel et nager dans le lac. La chaleur envahissait tout son corps.

Lire aussi :  1,2,3, Nous irons...

Des participants comblés

Julie innove sans cesse. Elle réutilise les exercices travaillés précédemment et inclut toujours une petite nouveauté comme le massage sur le visage à l’aide d’une fleur ou le travail sur la conscience corporelle et l’équilibre à travers la danse. Au fil des séances, les participants assimilent de mieux en mieux les exercices et se les approprient. En plus de Colette et Doudou, les éducateurs du CHT, Julie a même son propre traducteur. Un des enfants aime épauler notre bénévole en traduisant ses propos en malagasy.

Un grand merci à Julie pour son investissement et sa générosité au quotidien.

De la rue… à la cuisine : l’histoire de Faridah

De la rue… à la cuisine : l’histoire de Faridah

Pendant mon enfance, je n’ai pas connu ma famille : mon père est décédé et ma mère nous a abandonnés. J’étais donc seul avec mon petit frère ; nous avons vécu pendant deux ans dans les rues d’Antsirabe.

Éducation alternative pour les enfants du Centre d’Hébergement Temporaire

Éducation alternative pour les enfants du Centre d’Hébergement Temporaire

Grandir à Antsirabe propose à ses bénéficiaires une éducation privilégiant un apprentissage basé sur l’expérience, l’échange et le jeu (pour les plus jeunes) et qui favorise la construction de savoirs par l’expérimentation et/ou la recherche documentaire, et l’échange argumenté (pour les adolescents).

Des activités génératrices de revenus pour trois familles vulnérables

Des activités génératrices de revenus pour trois familles vulnérables

Depuis le 12 avril 2022, trois familles d’enfants de la rue désormais réinsérés prennent part à un projet-pilote mené par Grandir à Antsirabe.
Le principe ? Accompagner les familles vulnérables vers l’autonomisation via la création d’activités génératrices de revenus.

Les derniers articles

De la rue… à la cuisine : l’histoire de Faridah

Je m’appelle Faridah, j’ai 18 ans et j’ai récemment eu ma carte d’identité nationale. Une enfance dans les rues d’Antsirabe Pendant mon enfance, je n’ai pas connu ma famille : mon père est décédé et...

Détente et bien-être au Centre d’Hébergement Temporaire avec Julie