/ PORTRAIT D’ÉQUIPE / Arsène, responsable du CHT et éducateur engagé

21.02.19 | Grandir à Antsirabe, Portraits

Arsène, c’est un sourire ambulant. Il est l’un des éducateurs du Programme de Protection des Enfants des Rues (PPER) pour Grandir à Antsirabe depuis 2017, et également responsable du Centre d’Hébergement Temporaire qui accueille les enfants de la rue de 8 à 16 ans.

Favicon Grandir Ailleurs Arsène, comment vois-tu ton travail ?

Selon moi, l’éducateur a pour rôle d’aider nos bénéficiaires et de leur offrir une éducation pour leur ouvrir les portes de la réussite et d’un avenir meilleur. Je veux donner des repères, un cadre à ceux qui n’en ont pas.

Favicon Grandir Ailleurs Tu es responsable du CHT : tu gères l’équipe éducative, les activités quotidiennes avec les enfants, les intervenants (médecins, artistes…), la logistique. Tu es aussi responsable du suivi des dossiers des bénéficiaires, des données récoltées… Ce qui permet à la fin de l’année d’avoir des statistiques fiables pour mieux comprendre et faire évoluer, si besoin, nos projets. Tu travailles toujours en lien avec Noro, la responsable du PPER.  Sacré travail !

Et, en plus de tout ça, deux fois par semaine, tu accompagnes l’Équipe Mobile d’Aide :

Pendant les maraudes, j’organise des jeux à travers lesquels je peux transmettre des conseils et des messages à nos enfants. C’est l’occasion d’en connaître davantage sur eux, de récolter des informations sur leur passé et leur situation. Nous sommes là pour les écouter, les réconforter quand ils en ont besoin.

Arsene maraude

Favicon Grandir Ailleurs Tu es aussi très lié à l’équipe d’Accompagnement Social

Grâce à ma participation aux maraudes et mon rôle de responsable du CHT, je connais tous les enfants : je peux donc faire remonter à l’équipe AS les besoins sur les situations individuelles. Il faut parfois que l’équipe AS intervienne à domicile chez une famille, ou qu’elle accompagne un enfant à l’hôpital s’il est malade.

Favicon Grandir Ailleurs Pourquoi as-tu choisi de travailler pour les enfants des rues ?

J’ai effectué ma formation chez les prêtres de Don Bosco Ivato (Centre Notre-Dame de Clervaux) pour obtenir mon diplôme d’éducateur-animateur. La structure accueillait de jeunes garçons avec lesquels je travaillais. C’est devenu alors une évidence pour moi de consacrer mon énergie aux plus jeunes et aux plus démunis. Ce que j’apprécie le plus dans mon travail, c’est d’imaginer des dispositifs de sensibilisation à destination de nos publics.

Favicon Grandir Ailleurs Peux-tu raconter un souvenir qui t’a particulièrement marqué au sein de l’association.

En mars dernier, tout le personnel s’est retrouvé à la cascade d’Isandra pour partager ensemble un moment convivial. C’était la première fois que je participais à une sortie d’équipe et cela m’a un peu destabilisé au départ. Je n’ai pas l’habitude de voir mes collègues en dehors du cadre professionnel. Finalement pendant cette journée, j’ai appris à connaître des gens, à découvrir leur personnalité, ce qui facilite mon travail d’équipe aujourd’hui.

 Favicon Grandir Ailleurs Que souhaites-tu à l’association ?

Que l’équipe continue dans cette dynamique. Que l’association devienne un modèle pour d’autres, et que nous devenions encore plus grands en unissant nos forces avec d’autres associations.

Portrait chinois…

Favicon Grandir Ailleurs Si tu étais un animal ?

Je serais un chien car il aboie souvent comme moi qui bavarde beaucoup.

Favicon Grandir Ailleurs Si tu étais un héro ?

Sans hésiter, je réponds Nelson Mandela. C’est un modèle pour beaucoup. Cet homme a concrétisé de grandes choses, s’est battu pour des causes sensibles et a consacré toute sa vie à rendre le monde meilleur. J’essaie de suivre la même voie à ma propre échelle. Si lui peut le faire, moi aussi !

Favicon Grandir Ailleurs Une chanson ?

Je serais un Hira Gasy. C’est une tradition musicale à Madagascar qui, pour moi, conserve la sagesse et la culture du pays. J’aime beaucoup !

Favicon Grandir Ailleurs Une chanson ?

Celle de Francis Cabrel (en chantonnant) : je t’aimais, je t’aime et je t’aimerai…

Favicon Grandir Ailleurs Un film ?

« Un commando » : loin de mon côté romantique, certes, mais je veux me battre pour les bonnes causes.

Favicon Grandir Ailleurs Un objet ?

Je choisirais une maison pour son côté convivial et sécuritaire. On s’y rassemble pour partager, se reposer, y trouver de la chaleur et de la paix.

Favicon Grandir Ailleurs Une qualité et un défaut ?

Je suis gentil mais peux me mettre rapidement en colère quand une injustice se produit devant mes yeux.

Un dernier mot ?

Je félicite mon équipe pour tout ce que l’on a réalisé ensemble et je suis ravi de poursuivre l’aventure pour ce qu’il reste à concrétiser. Les résultats d’aujourd’hui sont prometteurs pour notre futur.

Merci à Marion Fras pour avoir recueilli ces propos.

Les droits oubliés des enfants de rues

Les droits oubliés des enfants de rues

Les enfants des rues à Madagascar sont une réalité qui persiste malheureusement dans le pays. Ces enfants, souvent livrés à eux-mêmes, vivent dans des conditions précaires, sans pouvoir répondre à leurs besoins fondamentaux tels que l'alimentation, l'éducation et la...

lire plus
Notre histoire : de 2015 à 2020

Notre histoire : de 2015 à 2020

Un glissement des rôles et des responsabilités a donc été opéré. En adoptant une posture d’appui technique et financier de ses partenaires locaux, Grandir Ailleurs entendait s’inscrire dans une logique reposant sur (…)

lire plus
Notre histoire : de 2007 à 2015

Notre histoire : de 2007 à 2015

En 2007, suite à un diagnostic initial qui a mis en évidence la grande vulnérabilité des enfants en situations de rue à Antsirabe, Grandir Ailleurs s’est associée avec des professionnels malgaches (…)

lire plus
DEPUIS, ILS ONT GRANDI… Nanja

DEPUIS, ILS ONT GRANDI… Nanja

Lorsque Nanja a intégré l’internat de Grandir à Antsirabe, cela a marqué un tournant dans sa vie. « J’ai décidé de venir et de rester au centre car je savais que j’aurai une vie paisible (…) Je voulais aussi échapper aux violences que de beau-père. À l’internat, je me sentais enfin chez moi. »

lire plus
Récap 2022 en vidéo !

Récap 2022 en vidéo !

Merci à nos partenaires locaux Grandir à Antsirabe et l’OSCAPE qui mettent en œuvre sur le terrain toutes ces actions pour les enfants vulnérables à Madagascar. Merci à nos merveilleux partenaires qui financent les projets. Merci à nos donateurs.trices, nos...

lire plus

Les derniers articles

Les droits oubliés des enfants de rues

Les enfants des rues à Madagascar sont une réalité qui persiste malheureusement dans le pays. Ces enfants, souvent livrés à eux-mêmes, vivent dans des conditions précaires, sans pouvoir répondre à...

Sortie avec les jeunes de l’accompagnement social

Le 17 février 2024, l'équipe de l'Accompagnement Social (AS) a organisé une journée spéciale pour les jeunes et les enfants pris en charge à Antsirabe. On vous raconte ! La journée a débuté à 8h30...

/ PORTRAIT D’ÉQUIPE / Arsène, responsable du CHT et éducateur engagé