L’exploitation sexuelle des enfants : un sujet toujours d’actualité, des besoins de formation pressants

D’après une étude publiée le 12 mai 2016, à laquelle ont pris part quelques 70 ONG et associations, le nombre d’enfants victimes d’abus sexuels est en augmentation dans le monde entier. Le phénomène concerne les sociétés marquées par des inégalités économiques et sociales importantes et, en particulier, un système public de protection défaillant ; la violence et les discriminations basées sur le genre y sont banalisées ; les enfants n’y sont pas reconnus comme des sujets de droit.

Les conclusions révèlent également une modification du phénomène. Selon Mark Capaldi, directeur de l’association ECPAT (End Child Prostitution, Pornography and Trafficking of Children For Sexual Purposes) qui a supervisé l’étude : [le profil du délinquant sexuel] « n’est plus celui de l’homme blanc occidental d’âge moyen qui voyage à l’étranger, détaille le directeur d’ECPAT. C’est beaucoup plus nuancé : la majorité de ces délinquants viennent aujourd’hui des mêmes pays que leurs victimes, et la distinction entre pays d’origine et pays de destination est devenue floue. Toutes les parties du monde sont aujourd’hui affectées ».

Comment prendre en charge les enfants victimes d’exploitation sexuelle ? Quel accompagnement pour quelle réinsertion dans la société, dans les meilleures conditions possibles ?

Telles sont les missions que s’est fixé ECPAT France et tel fut l’objet de la formation qui a réuni, le 12 mars dernier et pendant 3 jours, 23 éducateurs de 17 associations membres du Réseau OSCAPE. Supervisée par les formateurs d’ECPAT France, partenaire du réseau, elle s’est déroulée au centre de formation Soroptimist d’Antsirabe.

Développer son écoute et sa capacité à détecter chez l’enfant les signes de violence subie, apprendre à diagnostiquer ses besoins, personnaliser et évaluer son accompagnement et sa prise en charge… Les attentes des participants sont nombreuses et variées ! Et justifient d’autant plus la pertinence de la formation.

Articulant apprentissages théoriques et travaux de groupe pour une mise en application concrète, la formation permet aux éducateurs d’apprendre à cerner les besoins de l’enfant, dans un premier temps ; puis, de mettre en place une prise en charge personnalisée. Des temps d’échanges offrent à chaque participant l’occasion d’exprimer son ressenti, de confronter son point de vue à celui des autres et de mettre à mal certains apriori.

Bilan : des éducateurs formés et formateurs

Nourri de ces 3 jours de formation riches et intenses, chaque éducateur peut regagner son association. Désormais sensibilisé à la problématique des violences sexuelles faites aux enfants et formé à leur prise en charge, il est en capacité d’être à son tour formateur. Pour cela, ECPAT France met à disposition des associations formées des supports permettant de diffuser les bonnes pratiques : en leur sein ou auprès d’autres structures susceptibles d’aborder la problématique.
Chacun repart, conscient de la complexité et de l’urgence d’aborder le sujet de la violence sexuelle faite aux enfants. Et donc de la nécessité de se professionnaliser, en particulier pour les éducateurs et les appuis techniques : ils sont les premiers maillons de la chaîne dans l’identification des victimes, leur prise en charge et leur retour vers une vie d’enfant normale.

Clé de compréhension #8 : Vie en rue et modification du rapport à l’autre

Clé de compréhension #8 : Vie en rue et modification du rapport à l’autre

La 2e stratégie de survie d’un enfant lorsqu’il arrive en rue est le regroupement.
Comme nous avons déjà vu dans la clef de compréhension n°3, la formation de ce groupe implique la définition du rôle de chacun dans le groupe (= une nouvelle identité) et la mise en place de lien d’exploitation en échange de la sécurité.

lire plus

Les associations du Réseau OSCAPE se forment à la prise en charge des enfants victimes de violences sexuelles