Retour d'expérience : Margot, 4 mois de stage d'éducatrice spécialisée à Madagascar

“Nous ne faisons pas de nouvelles rencontres par accident.
Elles sont destinées à croiser notre chemin pour une raison.”


 

Margot a 21 ans, elle vient de Clermont Ferrand et étudie en 3ème année d’éducatrice spécialisée. “J’ai toujours voulu travailler dans un secteur en lien avec la relation à l’autre, c’est pour cela que je me suis penchée vers ce métier.”

En 2016, Margot s’est lancée dans l’aventure Grandir Ailleurs à Madagascar.

Pourquoi ce stage ?

Margot a découvert Madagascar lors d’une présentation sur les stages à l’étranger au sein de sa formation. “(Le formateur) nous a présenté cela comme une réelle découverte de l’autre, de soi et du métier de travailleur social. J’ai beaucoup échangé avec lui, et le choix de Madagascar m’est apparu comme une évidence. J’avais envie d’être confrontée aux différences de culture, de langage, de croyance.” Ce formateur, qui connaissait bien l’île, a donné l’envie à Margot de la découvrir à son tour !

Avec les enfants du CHTÀ Madagascar, une implication quotidienne auprès des enfants

“J’avais pour mission de comprendre le travail d’éducatrice spécialisée au sein de l’association.”

Margot a du connaître et reconnaître les publics avec lesquels elle travaillait et approfondir ses connaissances sur les enfants des rues : “comment travaille-t-on avec eux ? Quels dispositifs mettre en place pour les aider ?”

Pour cela, Margot a participé activement au Programme de Protection des Enfants des Rues de l’association : “J’ai pu réaliser des chorégraphies et des jeux éducatifs lors des Activités Jour, aider pour les installations du CinéRue ; participer aux maraudes de nuit avec l’Équipe Mobile d’Aide en réalisant des entretiens, des jeux et des causeries.”

“J’ai pu énormément m’impliquer au sein du Centre d’Hébergement Temporaire en étant présente régulièrement dans le quotidien des enfants. J’ai créé avec l’aide de l’équipe éducative des systèmes de communication par échange d’images, dont l’objectif principal était de retrouver des repères fondamentaux dans la vie quotidienne des enfants de la rue.”

La semaine et les heures au CHT en dessins afin d’aider les enfants à se repérer

“J’ai aussi participé à la présentation et au clip du SLAM des enfants.” 

Lire aussi :  « Un autre regard » : le slam des enfants des rues à Madagascar
En collaboration avec Kleo (NDA : un stagiaire malgache) et avec l’équipe éducative, Margot a travaillé à la mise en place d’outils permettant d’améliorer la prise en charge du dispositif d’Accompagnement Social.

Un stage, des valeurs

Margot se retrouve dans les valeurs de solidarité, de dignité et de respect défendues par Grandir Ailleurs : “Je pense que l’un ne va pas sans l’autre.”

L’expérience sur le terrain a été riche en apprentissage : “Je me suis rendue compte de l’importance de bien connaître le public qu’on accompagne pour l’aider au mieux. J’ai pris conscience du poids de la culture, des croyances. J’ai aussi compris que le travail en équipe est parfois difficile mais très enrichissant.”

“L’objectif étant de permettre à ses enfants de retrouver protection, sécurité, confiance et estime d’eux-mêmes afin qu’ils (re)construisent leur propre identité.”

Margot nous raconte…

Ta plus belle rencontre ?

Oula… question très difficile… je crois que je n’ai pas eu une seule belle rencontre. Je n’ai rencontré que des personnes avec un cœur immense, que ce soit au sein de l’association, l’équipe, ou de la colocation (NDA : au sein de la Maison Grandira qui accueille les volontaires de l’association), qu’ils soient malagasy, français, belges, suisses. En premier, ce sont surtout les enfants et les familles que j’ai pu rencontrer qui m’ont touchée.

Tritriva

Ton meilleur souvenir au sein de l’association ?

C’est super dur 🙂 Je dirais la période de Noël. Nous avions fait avec les enfants les décorations pour le CHT et nous avons chanté des chansons malagasy ; nous avions aussi fait une petite fête avec l’équipe et les enfants. C’était un moment de joie, de rires, de chansons et de danses que j’ai adoré.

Noël au CHT 2016

Ton meilleur souvenir à Madagascar (voyages, sorties…) ?

Là aussi ce n’est pas facile, parce qu’en 4mois il s’est passé beaucoup de choses

Pour les sorties à la découverte des alentours d’Antsirabe, je dirais toutes parce que même si je râlais beaucoup, (pauvres Aina et Dimby (NDA : guides de notre agences de voyages locale)…, et que je ne suis pas une grande adepte de la randonnée, j’ai adoré voir tous ces paysages, et découvrir certaines croyances ou histoires de villages.

Le voyage que j’ai adoré, c’est Morondava ! Nous sommes partis avec ceux de la colocation pour le Nouvel An. C’était incroyable, on a passé un séjour fantastique ! Et j’ai pu voir l’allée des baobabs !!!

Allée des baobabs

Ton expérience en 3 mots ?

Découvertes, Rencontres, Emotions

Et maintenant ?

Le retour en France a été difficile pour Margot : “j’ai mis plusieurs mois à réaliser que j’étais revenue. Et je n’ai qu’une hâte, c’est d’y retourner !. Et avec le recul, Margot considère avoir gagné en maturité “C’est assez drôle de dire ça en quelques mois… Mais, je ne pensais pas réussir à aller dans un pays aussi loin de chez moi et pourtant j’y suis arrivée, et ça c’est grâce à ceux qui m’entouraient au quotidien.”

Elle se sent aujourd’hui plus autonome, et arrive mieux à s’affirmer lors de certaines décisions. Et lorsque nous lui avons demandé quel(s) conseil(s) elle donnerait aux futur(e)s volontaires / stagiaires / bénévoles, Margot a répondu avec détermination : “Ne vous posez pas de questions et foncez, ça fait peur mais ce n’est que du bonheur !”

Sur la plage à Madagascar

Clé de compréhension #8 : Vie en rue et modification du rapport à l’autre

Clé de compréhension #8 : Vie en rue et modification du rapport à l’autre

La 2e stratégie de survie d’un enfant lorsqu’il arrive en rue est le regroupement.
Comme nous avons déjà vu dans la clef de compréhension n°3, la formation de ce groupe implique la définition du rôle de chacun dans le groupe (= une nouvelle identité) et la mise en place de lien d’exploitation en échange de la sécurité.

lire plus

Retour d’expérience : Margot, 4 mois de stage d’éducatrice spécialisée à Madagascar